UN AUTRE MONDE APRÈS LA COVID 19 ?

La période difficile que nous venons de passer à cause du coronavirus et qui va sûrement perdurer encore, a démontré que les complémentaires santé et surtout les mutuelles de proximité étaient un lien efficace pour des populations parfois désemparées ce que la période de confinement vient de confirmer.

LES MUTUELLES DE PROXIMITÉ UN RELAIS EFFICACE POUR LA POPULATION :

Cette crise aura prouvé encore une fois la qualité de l’implication des mutuelles de proximité, les vraies mutuelles, celles qui sont proches de leurs adhérents et de la ruralité avec le concept « Mutuelle de village ». Des mutuelles à taille humaine qui peuvent prendre en compte immédiatement toutes les demandes de leurs adhérents.

Dans un contexte difficile car inédit, imprévu, anxiogène, ces mutuelles ont apporté un réconfort à la plupart de leurs adhérents dans la difficulté. En ce qui nous concerne notre plan de continuité a bien fonctionné, ce qui prouve la qualité de notre organisation.

MAIS ALORS POURQUOI TAXER ENCORE LES COMPLÉMENTAIRES SANTÉ ?

Nos décideurs « des technocrates » n’ont pas compris que taxer les mutuelles c’est en fin de compte taxer la population. Jusqu’où va-t-on arriver, puisque certains contrats supportent jusqu’à 21,07 % de taxes ? Déjà la nouvelle taxe Covid 19 est en préparation. Nous n’en connaissons pas les modalités. Elle n’est pas encore votée mais elle apparait dans le projet de Loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) avec un taux de 2.60 %… C’est la surprise car elle va coûter à votre mutuelle 190 000 euros.

Augmenter les taxes, obliger les mutuelles à fortifier leurs réserves, ajouter des obligations administratives, tout cela en finalité… c’est l’adhérent qui va le payer !

La solidarité, notre mutuelle l’assume en permanence en privilégiant : la proximité, l’entraide, des cotisations adaptées, mais également « une écoute » car nos adhérents sont en recherche de réponses.
En plus de notre rôle de protéger la santé de tous, nous sommes devenus des collecteurs d’impôts. Certains pourraient nous demander de puiser dans nos réserves mais elles sont imposées par la législation, par ces mêmes technocrates et si on n’a pas le montant de réserve requis « on n’existe plus ».

LE MONDE D’APRÈS :

Il semblerait qu’il y ait provisoirement une prise de conscience collective sur les enjeux de la santé. Il faut des évènements comme celui qu’on vient de passer « la Covid 19 » et ce n’est pas fini, pour s’apercevoir que la santé est un bien précieux.

Mais il ne faut pas rêver, une fois la crise passée, on risque vite d’oublier !

Notre espoir c’est que, malgré tout, on prenne conscience qu’il faut un changement de méthode pour préparer au mieux le Monde d’après.

Gérard BILLES, Président de La Mutuelle Catalane.