LE RESTE A CHARGE A ZERO, OUI MAIS QUI VA PAYER?

De promesses en promesses affichées par tous les Ministres de la Santé, on s’aperçoit que celles qui sont appliquées ne le sont jamais suite à des économies réalisées sur la gestion de la sécurité sociale ou des divers ministères, mais hélas :

  • Soit par des augmentations d’impôts,
  • Soit par des charges supplémentaires pour les complémentaires santé.

L’OPTIQUE, LE DENTAIRE ET L’AUDIOPROTHÈSE CONCERNÉS

C’est une avancée très importante pour les adhérents. Il faut toutefois savoir qu’il s’agit de dépenses très conséquentes et très peu financées par la sécurité sociale. Dans ces conditions nous sommes amenés à une extrême prudence par rapport au flou qui entoure le financement de ces nouvelles mesures. Si les mutuelles une fois encore étaient sollicitées, ce qui semblerait être le cas, ce sont finalement les adhérents qui seraient pénalisés.

IL NOUS EST DIFFICILE D’IMAGINER DE NOUVELLES CHARGES

  • En 2016, avec la mise en place de l’accord national interprofessionnel, nous avons fait un exercice négatif car il a fallu s’adapter et prendre en compte les nouvelles dispositions contraignantes financièrement et administrativement de cet accord. Il nous a fallu mettre en œuvre le nouveau contrat solidaire et responsable avec encore des obligations administratives et financières lourdes.
  • En 2017, nous avons sorti un exercice équilibré qui a encore subi les effets de l’accord national interprofessionnel et qui a nécessité une réactivité de la Direction pour arriver à digérer aussi la tendance consumériste et le vieillissement de nos adhérents.
  • En 2018 déjà apparaissent de nouvelles charges avec l’augmentation des forfaits journaliers (entièrement pris en charge par la Mutuelle), la taxe additionnelle pour ne citer que celles-là…on attend la suite.

Malgré tout ce qui a été évoqué en matière de charges supplémentaires, nos frais de gestion sont extrêmement bas par comparaison avec les autres organismes complémentaires. Dans ces conditions, on imagine mal et par quel miracle on pourrait faire face à cette progression programmée de nos coûts sans augmenter les cotisations. « Il faudra qu’on nous explique ! »

Une gestion efficace ce n’est pas suffisant !

Dans notre société moderne il faut être efficace mais ce n’est pas tout ! Il faut être aussi « devin » car il faut anticiper pour faire face aux orientations de tous ceux qui de près ou de loin (surtout de loin) gèrent la santé à un haut niveau.

LA REMUNTADA DE LA MUTUELLE CATALANE

Après le lourd déficit de 2016, année de référence avec l’application de l’accord national interprofessionnel, nous avons commencé en 2017 dans un esprit mutualiste le rééquilibrage de nos cotisations. La cotisation c’est notre unique paramètre pour faire face. A force de travail, de ténacité et de compétence, nous avons effacé toutes les difficultés. (Pour rappel, la Mutuelle ne perçoit aucune subvention, bien au contraire, elle est encore plus taxée que n’importe laquelle des entreprises).

Avoir réussi à présenter en 2017 un exercice équilibré, nous fait dire que la « remuntada », c’est une satisfaction et il faut remercier les Administrateurs, la Direction, le Personnel d’avoir contribué par leur action positive à ce que la Mutuelle retrouve sa sérénité….

Mais jusqu’à quand ?

SEMPRE ENDAVANT MAI MORIREM !

Gérard BILLES, Président de La Mutuelle Catalane.

2018-05-04T17:32:06+00:00 mai 4th, 2018|Actualités, RESTE A CHARGE A ZERO|