VACCINATION, LE COMPLOT?

VACCINATION, LE COMPLOT ?

D’après une étude de l’Ifop parue le 7 janvier 2018, 55 % des personnes interrogées adhèrent à l’idée selon laquelle « Le Ministère de la Santé serait de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins ». Ce sentiment exacerbé par l’entrée en vigueur de l'obligation d'administrer 11 vaccins pédiatriques au 1er janvier, reflète un phénomène de société préoccupant ayant de graves conséquences, y compris en terme de Santé publique.

UNE PERTE DE CONFIANCE DANS LES MÉDIAS TRADITIONNELS ET LES INSTITUTIONS AU PROFIT DES RÉSEAUX SOCIAUX

L’étude met également en avant que les moins de 35 ans – la tranche d’âge la plus représentée sur les réseaux sociaux – est particulièrement réceptive aux théories du complot.

Un comportement entretenu, pour ne pas dire développé par les algorithmes qui, si nous prenons le seul exemple de facebook™, privilégient l’affichage d’informations par affinité. Concrètement, il sera présenté un type d’informations à un utilisateur selon son profil et les liens qu’il a déjà aimés auparavant. Sur cette logique, aucun contre-argument en dehors des commentaires éventuels des « amis » ne vient mettre en cause la véracité de l’information présentée. Si on ajoute à cela une forme d’isolement médiatique pour cette même population qui ne consulte plus les médias (journaux TV et presse) traditionnels, il est assez facile de comprendre l’ampleur prise par les « fake news » (fausses rumeurs) sur internet en général et les réseaux sociaux en particulier. Ampleur telle que le gouvernement s’en est saisi et travaille à la mise en place d’un plan de lutte en concertation avec les géants d’internet.

JAMAIS DE FUMÉE SANS FEU

« Jamais de fumée sans feu » comme dit le dicton populaire… Il est vrai que les scandales sanitaires qui ont été révélés ces dernières années ont créé un terrain propice au développement des thèses complotistes :

  • 94 millions de vaccins H1N1 commandées par la Ministre de la Santé en 2009 et 400 millions d’Euros d’argent public parti en fumée.
  • Les multiples scandales liés aux tristement célèbre Médiator des laboratoires Servier.
  • L’anti-inflammatoire Vioxx (Laboratoire Merck) qui aurait, selon la FDA (Food and Drug Administration) provoqué 160.000 crises cardiaques et attaques cérébrales et 40 000 décès, rien qu’aux États-Unis.

Même s’il s’agit d’exceptions qui ne doivent pas remettre en cause tout le sérieux de l’industrie pharmaceutique, ces 3 exemples à eux seuls ont profondément choqué l’opinion.

C’est aussi le cas des conflits d’intérêts qui ont été révélés entre les laboratoires pharmaceutiques et plusieurs médecins membres du comité chargé de délivrer les autorisations de mise sur le marché des médicaments. Mis bout à bout, ces faits entretiennent un climat de méfiance qui pour certains, victimes ou non de ces dérives se traduit même par une perte de confiance totale.

2018-04-10T14:27:43+00:00 avril 10th, 2018|Actualités, Prevention santé, santé, VACCINATION|